Gemmothérapie

 

 

LA GEMMOTHÉRAPIE,

 

 

des cellules souches végétales

pour la santé de vos animaux!

 

Qu’est ce que la gemmothérapie?

La gemmothérapie ou phyto-embryothérapie est une thérapeutique basée sur l’utilisation de macérâts de bourgeons d’arbres, mise au point par un médecin, le docteur Pol Henry dans les années 1960. Ce médecin, délaissant la médecine allopathique pour se tourner vers les plantes, démontra le premier l’action médicinale des bourgeons.

Ensuite, le docteur Max Tétau, médecin homéopathe, poursuivit les recherches dans ce domaine, et, avec ses collaborateurs, mit en évidence les propriétés thérapeutiques spécifiques de chaque bourgeon. 

La gemmothérapie permet de régénérer les organes déficients, de drainer les organes engorgés et ainsi d’augmenter la vitalité globale.

 

Un concentré d’énergie

Le bourgeon est un véritable réservoir de cellules souches qui contiennent toutes les informations de l’arbre, génétiques et tissulaires. Ces cellules souches sont des cellules « totipotentes », c’est à dire qu’elles sont capables de se différencier selon les besoins et de redonner naissance à un arbre entier.

Un bourgeon renferme ainsi de nombreuses substances nécessaires au développement et à la croissance de l’arbre, et de fait constitue un concentré d’énergie et d’antioxydants :

– des acides nucléiques apportant l’information génétique

– des hormones végétales 

– des minéraux

– des oligoéléments

– des acides aminés

– des vitamines

– des flavonoïdes, substances antioxydantes qui possèdent in vitro des propriétés anti-inflammatoires, anti-allergiques, anti-virales…

 

Nous utilisons personnellement des macérâts de bourgeons concentrés. Les bourgeons d’arbres sauvages sont récoltés dans des zones de cueillette agréées, de façon à respecter et à préserver la nature. Ils sont ensuite mis à macérer pendant vingt à trente jours dans un mélange composé d’un tiers d’eau de source, d’un tiers de glycérine végétale Bio et d’un tiers d’alcool de fruits Bio. Nous disposons de préparations dont l’alcool a été évaporé, ce qui permet de les administrer au long court sans effet secondaire.

 

Indications thérapeutiques

Chaque bourgeon d’arbre possède des propriétés thérapeutiques spécifiques. On peut, selon le problème de santé de l’animal, prescrire un seul bourgeon ou bien une association dont les effets vont s’additionner,  voire se cumuler.

Les possibilités thérapeutiques des macérâts concentrés de bourgeons sont très vastes, et ils peuvent être très utiles dans un grand nombre de pathologies :

– arthrose

– insuffisance rénale chronique

– cystites

– hépatites

– allergies

– anxiété, nervosité

– soutien et stimulation du système immunitaire …

 

Quelques bourgeons

✓ Cassis

Le bourgeon de Cassis contient entre autre des flavanoïdes et de la vitamine C qui lui confèrent des propriétés anti-inflammatoires importantes. Il présente ainsi un intérêt majeur dans les pathologies ostéo-articulaires, notamment l’arthrose, et les phénomènes allergiques.

✓ Tilleul

De par ses propriétés sédatives et anxiolytiques, le bourgeon de Tilleul peut être utilisés lors de troubles du comportement du chien, tels qu’anxiété, hypersensibilité-hyperactivité, syndrome de privation… 

✓ Aubépine

Le bourgeon d’Aubépine, riche en amines cardiotoniques et en polyphénols, présente des propriétés thérapeutiques intéressantes, tant au niveau du système nerveux central que du système cardio-vasculaire.

 

Mode d’emploi et posologie

Les macérâts de bourgeons s’administrent en cures de trois semaines, espacées d’une période d’interruption du traitement d’une semaine à chaque fois.

Un des grands avantages de l’utilisation des macérâts concentrés de bourgeons d’arbre est la faible quantité à administrer aux animaux :

– une goutte par jour pour les chats.

– une goutte par jour par tranche de 10 kilos de poids pour les chiens.

Il suffit de mélanger le nombre de gouttes nécessaire dans un des repas de votre chien ou de votre chat. Dans la grande majorité des cas, il n’y a aucun problème d’appétence, ce qui constitue vraiment un plus, surtout avec les chats. Pour les animaux récalcitrants, il est alors également possible de diluer le macérât dans un peu d’eau et de leur faire avaler le mélange à l’aide d’une seringue.

Les macérâts concentrés de bourgeons contiennent certes de l’alcool, mais étant donné les petites quantités administrées à nos animaux de compagnie, cela représente un apport très faible. Nous traitons personnellement des animaux au long cours avec des macérâts concentrés de bourgeons, du fait de pathologies chroniques, et nous n’avons jusqu’à présent observé aucun effet indésirable.

En conclusion, les macérâts concentrés de bourgeons représentent une thérapeutique holistique, capable de soulager votre animal de compagnie dans la globalité de ses symptômes. Les propriétés et la composition des cellules souches contenues dans les bourgeons en font une formidable médecine énergétique, utilisée seule ou en complément d’autres thérapeutiques naturelles.

 

Homéopathie

                                                                                        

 

HOMÉOPATHIE,

MÉDECINE ÉNERGÉTIQUE,

MÉDECINE HOLISTIQUE

 

« On ne peut guérir la partie sans soigner le tout. On ne doit pas soigner le corps séparé de l’âme, et pour que l’esprit et le corps retrouvent la santé, il faut commencer par soigner l’âme. Car c’est une erreur fondamentale des médecines d’aujourd’hui : séparer dès l’abord l’âme et le corps ». Platon

 

Qu’est ce que l’homéopathie? 

Découverte par le médecin allemand Samuel Hahnemann à la fin du 18ème siècle, l’homéopathie est une thérapeutique qui consiste à administrer des substances médicamenteuses diluées et dynamisées, en respectant la loi de similitude : « Toute substance qui produit des symptômes sur l’individu sain est susceptible, à dose infinitésimale, de faire disparaître ces mêmes symptômes chez le malade qui les présente ». 

L’homéopathie s’oppose ainsi à l’allopathie, qui consiste à soigner par les contraires : antibiotiques contre les bactéries, anti-inflammatoires contre l’inflammation, antitussifs contre la toux, etc …

 

Que peut-on soigner par homéopathie ?

L’homéopathie s’adresse à toutes les espèces animales. Elle peut soulager les maladies aiguës comme les maladies chroniques, soigner les animaux adultes mais aussi les jeunes et les seniors.

 

L’homéopathie, médecine énergétique

Les avancées de la physique moderne ont démontré que tous les êtres vivants baignent dans un vaste champ d’énergie. Nos animaux de compagnie, comme nous, ont non seulement un corps physique, mais également un corps énergétique.

Avant de se manifester par des symptômes au niveau du corps physique, la maladie va d’abord provoquer une altération du corps énergétique, modifiant la vibration de celui-ci. 

Les médicaments homéopathiques contiennent une information énergétique qui va être délivrée au corps énergétique de l’animal malade, de façon à l’aider à retrouver sa vibration initiale de bonne santé. Pour qu’il soit efficace, il faut chercher le médicament homéopathique dont la vibration énergétique sera la plus proche de la vibration du corps énergétique du malade.

 

L’homéopathie, médecine holistique

L’homéopathie est également une thérapeutique holistique, car elle agit sur les plans physique, émotionnel et mental.

 

Les médicaments homéopathiques

Il existe des milliers de médicaments homéopathiques, obtenus par dilutions successives et dynamisation de substances d’origine animale (par exemple Apis, l’abeille), végétale (par exemple Arnica ) ou minérale (par exemple Silicea, la silice).

 

Présentations

Les présentations les plus utilisées sont les tubes de granules et les doses globules.

     

           Tube granules                                               Dose globules

 

Il existe également des gouttes et ampoules buvables, ainsi que des préparations sous forme de poudres appelées triturations.

On trouve aussi des complexes homéopathiques vétérinaires composés de mélanges de médicaments homéopathiques.

                     Exemples de complexes homéopathiques vétérinaires

 

Dilutions

Il existe des dilutions hahnemanniennes (CH) et des dilutions korsakoviennes (K).

Les principales dilutions utilisées en médecine vétérinaire sont les 5 CH, les 7 CH, les 9 CH, les 15 CH et les 30 CH. Plus la dilution est élevée, plus le médicament vétérinaire a été dilué et dynamisé. 

                                  Principales dilutions hahnemaniennes

 

Comment administrer un médicament homéopathique à mon animal?

Le plus simple est de faire fondre les granules ou les globules dans un peu d’eau. Au bout d’une vingtaine de minutes, bien agiter le mélange et le faire avaler à l’animal à l’aide d’une seringue. 

De la même façon, on peut diluer les gouttes dans un peu d’eau et les administrer à l’aide d’une seringue.

 

Si votre animal prend un médicament allopathique au long court pour une maladie chronique, n’arrêtez pas de le lui donner sous prétexte qu’on vous a prescrit un traitement homéopathique. L’homéopathie complète l’allopathie, il n’y a aucune contre-indication à associer ces deux médecines, et bien souvent, l’homéopathie permet de réduire ou d’espacer les prises de médicaments allopathiques.

 

Prise en charge de la douleur

               

 

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

 

En tant que vétérinaires, nous avons à coeur de soulager les souffrances des animaux qui nous sont confiés. Heureusement, depuis plusieurs années déjà, nous avons enfin accès à la morphine. Les laboratoires vétérinaires travaillent aussi de façon très active à l’élaboration de médicaments, maintenant très nombreux, pour lutter contre la douleur. Ainsi, nous disposons maintenant de plusieurs dérivés de morphine, plus ou moins puissants selon l’intensité de la douleur, et de nombreux médicaments anti-inflammatoires présentant moins d’effets secondaires que par le passé.

Depuis le mois de Juin 2016, notre clinique a rejoint le Réseau Cap Douleur créé par notre confrère Thierry Poitte. Le but ultime de ce réseau est de mettre toutes les connaissances et les techniques existantes en commun afin d’améliorer la prise en charge des différentes douleurs que les animaux peuvent ressentir.

Soyez assurés qu’au 21ème siècle, la douleur de vos compagnons à quatre pattes n’est plus une fatalité!

 

 

Les différents types de douleurs :

✔︎ Douleur péri-opératoire

Une prise en charge adaptée de la douleur péri-opératoire est essentielle pour plusieurs raisons :

✤ d’un point de vue éthique, car il est maintenant clairement établi que nos compagnons à quatre pattes ressentent les mêmes douleurs que nous, les voies de transmission de la douleur étant pratiquement identiques au niveau du système nerveux. Ainsi, la douleur chez l’animal présente comme chez l’homme une composante émotionnelle et une composante comportementale. Une douleur qui devient chronique chez l’animal est à l’origine du développement d’un état anxieux ou dépressif.

✤ une bonne analgésie permet un réveil plus rapide et dans de meilleures conditions. Le fait que l’animal soit debout et se déplace plus rapidement diminue le risque de complications post-opératoires.

✤ un animal qui n’a pas mal va se ré-alimenter plus vite (le plus souvent le soir même de l’intervention ou le lendemain). Cela permet un meilleur fonctionnement du système immunitaire, donc diminue le risque d’infection post-opératoire, et une meilleure cicatrisation de la plaie opératoire.

Avant l’intervention, une injection d’un dérivé morphinique est effectuée. Nous avons la chance d’avoir à notre disposition plusieurs molécules de durées et d’intensités d’action différentes selon la douleur per opératoire pressentie.

Lors de certaines chirurgies très douloureuses (ablation de tumeurs mammaires par exemple), nous disposons d’une pompe à perfusion qui permet d’administrer des mélanges de molécules antalgiques tout au long de l’intervention pour encore améliorer la prise en charge de la douleur.

Par ailleurs, certains produits utilisés pour l’anesthésie générale vont avoir une action antalgique.

Tout ceci permet de gérer la douleur durant l’opération.

En fin d’opération, une injection d’anti-inflammatoire est réalisée, et si cela est nécessaire, des morphiniques sont ré administrés à la demande. Le traitement antalgique sera ensuite poursuivi pendant quelques jours suivant la chirurgie sous forme de comprimés ou de gouttes.

 

✔︎ Douleur et arthrose

L’arthrose touche comme nous nos compagnons à quatre pattes. On estime que 30% des chiens de plus de 8 ans souffrent d’arthrose. Mais des chiens beaucoup plus jeunes peuvent aussi être atteints, s’ils présentent des anomalies articulaires telles que la dysplasie de la hanche par exemple.

Nos amis chats ne sont pas épargnés non plus, même si l’expression de la douleur est plus discrète chez eux, et on estime que 90% des chats de plus de 12 ans souffrent de douleurs dues à l’arthrose.

Ainsi, si votre chien a du mal à sauter dans la voiture, s’il boude les promenades, se fatigue plus vite, a l’air raide le matin au sortir de son panier… Si votre chat change de comportement, ne saute plus sur votre armoire, ne fait plus sa toilette… Tous ces signes sont évocateurs d’arthrose.

Hélas, beaucoup de propriétaires de chiens et de chats considèrent l’arthrose comme une fatalité chez leur animal vieillissant. C’EST FAUX! Aujourd’hui nous avons des moyens de soulager durablement les douleurs dues à l’arthrose, et nous pouvons également ralentir son évolution, grâce à des médicaments, des compléments alimentaires, une nutrition adaptée, ainsi que des médecines complémentaires (thérapie laser, gemmothérapie, homéopathie)  ! Alors n’hésitez pas à nous solliciter si vous pensez que votre animal souffre d’arthrose!

 

✔︎ Douleurs neuropathiques

La douleur neuropathique est définie par l’International Association for the Study of Pain (IASP) comme « une douleur  liée à une lésion ou une maladie affectant le système somato-sensoriel ».

Les douleurs neuropathiques sont des douleurs chroniques. Elles peuvent se déclencher à la suite d’un traumatisme, d’une hernie discale, d’une intervention chirurgicale particulièrement douloureuse (exérèse de tumeurs mammaires, thoracotomie, fracture du bassin, amputation), ou encore d’affections endocriniennes, dermatologiques, cancéreuses et dégénératives.

Normalement, en cas de douleur, une information est envoyée au cerveau via la moelle épinière, et le cerveau va en retour envoyer des substances qui vont atténuer la douleur. Lors de douleur neuropathique, ce mécanisme de rétro contrôle ne se fait plus, et la douleur devient chronique et permanente. 

Ces douleurs se caractérisent par un fond douloureux permanent à type de picotements, de coups d’épingle, de brûlures, de décharges électriques… 

Les douleurs neuropathiques ne répondent pas aux traitements anti-inflammatoires classiques.

Leur prise en charge nécessite de faire appel à des médicaments particuliers qui vont agir au niveau du système nerveux central. Des traitements non pharmacologiques comme par exemple la thérapie laser ont montré leur efficacité pour soulager les douleurs neuropathiques. 

 

✔︎ Douleurs viscérales

Lors de gastrite, d’entérite, de cystite…, nos animaux de compagnie vont ressentir de la douleur tout comme nous. 

La douleur viscérale est cependant souvent difficile à identifier chez eux. En effet, ce type de douleur se traduit par une douleur abdominale non spécifique, dont l’intensité n’est pas toujours en relation avec l’importance de la lésion. 

Le diagnostic d’une douleur viscérale demande un examen approfondi de l’animal ainsi que d’éventuels examens d’imagerie.

Si ces douleurs viscérales deviennent chroniques, il est probable qu’elles induisent, comme chez l’homme,  des troubles comportementaux (anxiété,dépression ou encore agressions). D’où l’importance d’une prise en charge rapide et d’une évaluation rigoureuse de l’efficacité des traitements mis en oeuvre.

 

✔︎ Douleurs cancéreuses

Les cancers touchent malheureusement aussi les animaux. Les gros progrès récents en imagerie médicale (échographie, fibroscopie, scanner), permettent de les diagnostiquer plus précocément, et les examens anatomo-pathologiques permettent de savoir exactement de quel type de cancer il s’agit et si c’est une tumeur sensible à la chimiothérapie et/ou à la radiothérapie.

Le cancer est à l’origine de douleurs chez l’animal, du fait de la tumeur initiale, de la présence de métastases, et des traitements mis en oeuvre (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie).

Malheureusement ces douleurs sont encore sous évaluées chez nos compagnons à quatre pattes, et par conséquent sous traitées.

Un cancer peut ainsi provoquer des douleurs osseuses, viscérales, cutanées et neuropathiques.

Que vous ayez choisi un traitement palliatif ou une prise en charge thérapeutique plus poussée pour votre animal cancéreux, il faut être conscient du fait qu’il souffre, et que les douleurs induites par sa maladie et les éventuels traitements mis en oeuvre doivent être prises en charges pour lui assurer un confort de vie maximal.

 

Mise en place d’une consultation douleur

Nous vous proposons au sein de notre clinique vétérinaire une consultation spécialement dédiée au diagnostic, à l’évaluation et à la prise en charge de la douleur de vos animaux.

 

Par pitié, ne faites pas d’auto-médication sur vos animaux!!!

On croit souvent bien faire… Le paracétamol soulage bien des douleurs chez nous, humains. Alors si Toutou ou Minou ont l’air de souffrir, pourquoi ne pas leur en donner à eux aussi?

Tout simplement parce qu’ils n’ont pas le même système enzymatique de dégradation et d’élimination des médicaments que nous, surtout les chats! Un comprimé de Doliprane 250 g tue un chat!!

Un médicament doit être adapté à l’animal, et prescrit en fonction de son âge, de son poids et de son état de santé.

Ce n’est pas parce que votre vétérinaire a prescrit tel médicament pour les douleurs d’arthrose de votre chien qu’il va forcément être adapté au chien de votre voisin. Et encore moins au chat de votre cousine!

Alors, s’il vous plait, avant toute administration d’un médicament à votre animal ou à celui d’un membre de votre entourage, téléphonez à un vétérinaire pour avoir son feu vert, il en va de la santé, voire de la vie de votre animal!

 

Livret analyses

      

 

RESULTATS D’ANALYSES

 

Livret explicatif

 

 BIOCHIMIE 

 UREA (Urée) :

L’urée est produite par le foie et éliminée par les reins. Des taux anormaux peuvent indiquer une atteinte de ces organes (valeur basse : atteinte hépatique ; valeur élevée : atteinte rénale).

 CREA (Créatinine) :

La créatinine est éliminée par les reins. Un taux élevé peut indiquer un mauvais fonctionnement des reins (mauvaise irrigation lors de déshydratation, insuffisance rénale organique ou obstruction des voies urinaires).

SDMA (Diméthylarginine Symétrique) :

La Diméthylarginine Symétrique est un nouveau biomarqueur de la fonction rénale qui permet de dépister une insuffisance rénale plus précocement que par le dosage de la Créatinine.

 ALKP (Phosphatases Alcalines) :

Ces enzymes sont présentes dans les canaux biliaires. Leur augmentation peut signaler une souffrance du foie, une mauvaise évacuation de la bile, un problème hormonal… Une valeur plus élevée est également normale chez les jeunes animaux en croissance du fait du développement osseux.

 ALT (Alanine amino-transférase) :

Cette enzyme est présente dans le foie, à l’intérieur des cellules hépatiques. Des valeurs élevées indiquent un problème hépatique. Une infection (par exemple de la cavité buccale s’il y a du tartre qui entraîne une inflammation et une prolifération bactérienne), peut également entraîner une élévation de cette enzyme dans le sang.

 TBIL (Bilirubine Totale) :

Produit sécrété par le foie dans la bile. La bilirubine est responsable de ce que l’on appelle communément la jaunisse. Son élévation peut être consécutive à une anémie ou à un problème au niveau du foie.

 GLU (Glucose) :

Un taux élevé peut indiquer un diabète sucré, ou un état de stress important, particulièrement chez le chat. Un taux faible peut indiquer une maladie du foie, une infection, un problème d’alimentation ou une tumeur du pancréas.

 TP (Protéines totales) :

Leur valeur peut être élevée en cas de déshydratation. Leur valeur apporte des informations supplémentaires sur le foie, les reins, certaines maladies infectieuses et/ou inflammatoires. Elles se subdivisent en :

   ✓ALB (Albumine) : protéine sanguine produite par le foie. Des valeurs basses peuvent indiquer une maladie du foie, des reins ou des intestins.

   ✓GLOB (Globulines) : ces protéines représentent les anticorps présents dans le sang, et témoignent du fonctionnement du système immunitaire.

 CHOL (Cholestérol) : 

Des valeurs anormales permettent de soupçonner des maladies hormonales (thyroïde), des affections du foie ou des reins, ou des troubles du métabolisme des lipides.

 TRIG (Triglycérides) :

Comme le cholestérol, les triglycérides font partie des composés lipidiques de l’organisme. Ils peuvent être augmentés lors de diabète, de problème hépatique…

 PHOS (Phosphore) :

Une augmentation est présente lors d’insuffisance rénale. Sa mesure régulière permet de suivre l’efficacité des traitements médicaux et diététiques de l’insuffisance rénale chronique.

 Ca (Calcium) :

Une élévation peut accompagner certains types de cancer, une maladie des reins ou de la glande parathyroïde.

 Lipase Pancréatique Spécifique Canine/Féline :

L’élévation de cette enzyme dans le sang permet de confirmer un diagnostic de pancréatite chez le chien et le chat.

 

 

 HEMATOLOGIE 

 Globules rouges :

L’hématocrite (HCT) représente le pourcentage des globules rouges par rapport au plasma. Il est diminué lors d’anémie, de même que le taux d’hémoglobine (HGB). Lorsque l’anémie régénère, on observe dans le sang des réticulocytes (RETIC).

 Globules blancs (WBC) :

Ils se répartissent entre les granulocytes (GRANS) : granulocytes neutrophiles (NEU), éosinophiles (EOS), basophiles (BASO), les lymphocytes (LYM) et les monocytes (MONO) : L/M représente la somme des lymphocytes et des monocytes.

Ces paramètres permettent d’évaluer les capacités de défense de l’organisme et de signaler une infection ou une inflammation.

 Plaquettes (PLT) :

Les plaquettes interviennent dans la coagulation sanguine. Leur diminution peut entraîner des hémorragies.

 

 ELECTROLYTES 

 Na (Sodium)

 K (Potassium)

 Cl (Chlore)

L’équilibre de ces différents électrolytes est très important pour le maintien des fonctions vitales. Un dosage des électrolytes est recommandé en cas d’état de choc, de vomissements, de diarrhée, de problèmes urinaires, nerveux, et lors de certains traitements pouvant entraîner des pertes de potassium.

 

EXPLORATION DE LA COAGULATION SANGUINE 

 TCA (Temps de Céphaline Activé)

 TQ (Temps de Quick)

La mesure de ces paramètres est réalisée lors de problèmes hémorragiques (intoxication aux anti-coagulants, insuffisance hépatique sévère…)

 

Analyses

      

 

ANALYSES 

 

Notre clinique est équipée d’un microscope et de différents appareils d’analyse. Nous pouvons ainsi effectuer sur place en quelques minutes :

• des numérations-formules sanguines (mesure du nombre des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes dans le sang).

• des bilans biochimiques (évaluation de la fonction rénale, de la fonction hépatique, de la glycémie, des protéines sanguines…)

• le dosage des électrolytes (sodium, potassium, chlore)

• des bilans de coagulation sanguine (par exemple lors de suspicion d’une intoxication aux anticoagulants, substances composant certains raticides).

• des tests rapides de dépistages pour certaines maladies (leishmaniose chez le chien, virus de la leucose et de l’immunodéficience féline chez le chat).

• des analyses d’urine.

Pour des analyses plus complexes, nous travaillons régulièrement avec différents laboratoires spécialisés (endocrinologie, sérologie, bactériologie, histologie, cytologie…)

Vous trouverez un guide vous expliquant la signification des différents paramètres mesurés lors des analyses de sang en cliquant sur le lien ci-dessous :

guide des analyses