Prise en charge de la douleur

               

 

PRISE EN CHARGE DE LA DOULEUR

 

En tant que vétérinaires, nous avons à coeur de soulager les souffrances des animaux qui nous sont confiés. Heureusement, depuis plusieurs années déjà, nous avons enfin accès à la morphine. Les laboratoires vétérinaires travaillent aussi de façon très active à l’élaboration de médicaments, maintenant très nombreux, pour lutter contre la douleur. Ainsi, nous disposons maintenant de plusieurs dérivés de morphine, plus ou moins puissants selon l’intensité de la douleur, et de nombreux médicaments anti-inflammatoires présentant moins d’effets secondaires que par le passé.

Depuis le mois de Juin 2016, notre clinique a rejoint le Réseau Cap Douleur créé par notre confrère Thierry Poitte. Le but ultime de ce réseau est de mettre toutes les connaissances et les techniques existantes en commun afin d’améliorer la prise en charge des différentes douleurs que les animaux peuvent ressentir.

Soyez assurés qu’au 21ème siècle, la douleur de vos compagnons à quatre pattes n’est plus une fatalité!

 

 

Les différents types de douleurs :

✔︎ Douleur péri-opératoire

Une prise en charge adaptée de la douleur péri-opératoire est essentielle pour plusieurs raisons :

✤ d’un point de vue éthique, car il est maintenant clairement établi que nos compagnons à quatre pattes ressentent les mêmes douleurs que nous, les voies de transmission de la douleur étant pratiquement identiques au niveau du système nerveux. Ainsi, la douleur chez l’animal présente comme chez l’homme une composante émotionnelle et une composante comportementale. Une douleur qui devient chronique chez l’animal est à l’origine du développement d’un état anxieux ou dépressif.

✤ une bonne analgésie permet un réveil plus rapide et dans de meilleures conditions. Le fait que l’animal soit debout et se déplace plus rapidement diminue le risque de complications post-opératoires.

✤ un animal qui n’a pas mal va se ré-alimenter plus vite (le plus souvent le soir même de l’intervention ou le lendemain). Cela permet un meilleur fonctionnement du système immunitaire, donc diminue le risque d’infection post-opératoire, et une meilleure cicatrisation de la plaie opératoire.

Avant l’intervention, une injection d’un dérivé morphinique est effectuée. Nous avons la chance d’avoir à notre disposition plusieurs molécules de durées et d’intensités d’action différentes selon la douleur per opératoire pressentie.

Lors de certaines chirurgies très douloureuses (ablation de tumeurs mammaires par exemple), nous disposons d’une pompe à perfusion qui permet d’administrer des mélanges de molécules antalgiques tout au long de l’intervention pour encore améliorer la prise en charge de la douleur.

Par ailleurs, certains produits utilisés pour l’anesthésie générale vont avoir une action antalgique.

Tout ceci permet de gérer la douleur durant l’opération.

En fin d’opération, une injection d’anti-inflammatoire est réalisée, et si cela est nécessaire, des morphiniques sont ré administrés à la demande. Le traitement antalgique sera ensuite poursuivi pendant quelques jours suivant la chirurgie sous forme de comprimés ou de gouttes.

 

✔︎ Douleur et arthrose

L’arthrose touche comme nous nos compagnons à quatre pattes. On estime que 30% des chiens de plus de 8 ans souffrent d’arthrose. Mais des chiens beaucoup plus jeunes peuvent aussi être atteints, s’ils présentent des anomalies articulaires telles que la dysplasie de la hanche par exemple.

Nos amis chats ne sont pas épargnés non plus, même si l’expression de la douleur est plus discrète chez eux, et on estime que 90% des chats de plus de 12 ans souffrent de douleurs dues à l’arthrose.

Ainsi, si votre chien a du mal à sauter dans la voiture, s’il boude les promenades, se fatigue plus vite, a l’air raide le matin au sortir de son panier… Si votre chat change de comportement, ne saute plus sur votre armoire, ne fait plus sa toilette… Tous ces signes sont évocateurs d’arthrose.

Hélas, beaucoup de propriétaires de chiens et de chats considèrent l’arthrose comme une fatalité chez leur animal vieillissant. C’EST FAUX! Aujourd’hui nous avons des moyens de soulager durablement les douleurs dues à l’arthrose, et nous pouvons également ralentir son évolution, grâce à des médicaments, des compléments alimentaires, une nutrition adaptée, ainsi que des médecines complémentaires (thérapie laser, gemmothérapie, homéopathie)  ! Alors n’hésitez pas à nous solliciter si vous pensez que votre animal souffre d’arthrose!

 

✔︎ Douleurs neuropathiques

La douleur neuropathique est définie par l’International Association for the Study of Pain (IASP) comme « une douleur  liée à une lésion ou une maladie affectant le système somato-sensoriel ».

Les douleurs neuropathiques sont des douleurs chroniques. Elles peuvent se déclencher à la suite d’un traumatisme, d’une hernie discale, d’une intervention chirurgicale particulièrement douloureuse (exérèse de tumeurs mammaires, thoracotomie, fracture du bassin, amputation), ou encore d’affections endocriniennes, dermatologiques, cancéreuses et dégénératives.

Normalement, en cas de douleur, une information est envoyée au cerveau via la moelle épinière, et le cerveau va en retour envoyer des substances qui vont atténuer la douleur. Lors de douleur neuropathique, ce mécanisme de rétro contrôle ne se fait plus, et la douleur devient chronique et permanente. 

Ces douleurs se caractérisent par un fond douloureux permanent à type de picotements, de coups d’épingle, de brûlures, de décharges électriques… 

Les douleurs neuropathiques ne répondent pas aux traitements anti-inflammatoires classiques.

Leur prise en charge nécessite de faire appel à des médicaments particuliers qui vont agir au niveau du système nerveux central. Des traitements non pharmacologiques comme par exemple la thérapie laser ont montré leur efficacité pour soulager les douleurs neuropathiques. 

 

✔︎ Douleurs viscérales

Lors de gastrite, d’entérite, de cystite…, nos animaux de compagnie vont ressentir de la douleur tout comme nous. 

La douleur viscérale est cependant souvent difficile à identifier chez eux. En effet, ce type de douleur se traduit par une douleur abdominale non spécifique, dont l’intensité n’est pas toujours en relation avec l’importance de la lésion. 

Le diagnostic d’une douleur viscérale demande un examen approfondi de l’animal ainsi que d’éventuels examens d’imagerie.

Si ces douleurs viscérales deviennent chroniques, il est probable qu’elles induisent, comme chez l’homme,  des troubles comportementaux (anxiété,dépression ou encore agressions). D’où l’importance d’une prise en charge rapide et d’une évaluation rigoureuse de l’efficacité des traitements mis en oeuvre.

 

✔︎ Douleurs cancéreuses

Les cancers touchent malheureusement aussi les animaux. Les gros progrès récents en imagerie médicale (échographie, fibroscopie, scanner), permettent de les diagnostiquer plus précocément, et les examens anatomo-pathologiques permettent de savoir exactement de quel type de cancer il s’agit et si c’est une tumeur sensible à la chimiothérapie et/ou à la radiothérapie.

Le cancer est à l’origine de douleurs chez l’animal, du fait de la tumeur initiale, de la présence de métastases, et des traitements mis en oeuvre (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie).

Malheureusement ces douleurs sont encore sous évaluées chez nos compagnons à quatre pattes, et par conséquent sous traitées.

Un cancer peut ainsi provoquer des douleurs osseuses, viscérales, cutanées et neuropathiques.

Que vous ayez choisi un traitement palliatif ou une prise en charge thérapeutique plus poussée pour votre animal cancéreux, il faut être conscient du fait qu’il souffre, et que les douleurs induites par sa maladie et les éventuels traitements mis en oeuvre doivent être prises en charges pour lui assurer un confort de vie maximal.

 

Mise en place d’une consultation douleur

Nous vous proposons au sein de notre clinique vétérinaire une consultation spécialement dédiée au diagnostic, à l’évaluation et à la prise en charge de la douleur de vos animaux.

 

Par pitié, ne faites pas d’auto-médication sur vos animaux!!!

On croit souvent bien faire… Le paracétamol soulage bien des douleurs chez nous, humains. Alors si Toutou ou Minou ont l’air de souffrir, pourquoi ne pas leur en donner à eux aussi?

Tout simplement parce qu’ils n’ont pas le même système enzymatique de dégradation et d’élimination des médicaments que nous, surtout les chats! Un comprimé de Doliprane 250 g tue un chat!!

Un médicament doit être adapté à l’animal, et prescrit en fonction de son âge, de son poids et de son état de santé.

Ce n’est pas parce que votre vétérinaire a prescrit tel médicament pour les douleurs d’arthrose de votre chien qu’il va forcément être adapté au chien de votre voisin. Et encore moins au chat de votre cousine!

Alors, s’il vous plait, avant toute administration d’un médicament à votre animal ou à celui d’un membre de votre entourage, téléphonez à un vétérinaire pour avoir son feu vert, il en va de la santé, voire de la vie de votre animal!